« Nous ne savons rien, nous avons tout à apprendre » (George Sand)

RSI, volume, dose plaquettaire, concentration et pureté du PRP

« Nous ne savons rien, nous avons tout à apprendre » (George Sand)

RSI, volume, dose plaquettaire, concentration et pureté du PRP

Volume du prélèvement: quantité de plaquettes

Tubes gels capables de réaliser un PRP pauvre au RSI de 1.25

Le terme Plasma Riche en Plaquettes suppose un enrichissement du plasma en plaquettes, au-delà de la concentration habituelle de 145 à 400 10E09/l. La dose de plaquettes, donc la quantité facteurs de croissance libérés, dépend directement du volume du prélèvement, du rendement plaquettaire, et du volume de PRP obtenu.
Les applications du PRP sont tellement variées qu’il est difficile de parler de volume idéal. Le volume minimal peut cependant se définir en fonction du besoin minimal en dose de plaquettes autour de 1 à 2 milliards. Comme l’équation générale du PRP nous indique que la dose plaquettaire est liée au RSI d’un dispositif et au volume du PRP produit, on peut estimer qu’un dispositif utile présente un RSI supérieur ou égal à 3 ou 4. Reportez vous à notre comparatif général pour voir l’offre actuelle du marché résumée en un seul tableau.
La plupart des fabricants ne mettent en avant que le facteur concentration, au détriment de la dose plaquettaire fournie et du volume et de la pureté du PRP. Nous allons discuter une fois pour toute de la notion de concentration qui est un piètre indicateur pour qualifier un PRP.

Concentration: un faux-problème

La concentration en plaquettes exprimée par rapport à la concentration sanguine normale égale à 1 mérite d’être mentionnée un instant puisque le volume PRP doit nécessairement contenir plus de plaquettes qu’un même volume de sang.
A partir de quelle concentration de plaquettes peut-on parler de PRP, c’est à dire de plasma enrichi en plaquettes ?
Prenons une nouvelle fois comme exemple le dispositif le plus simple du marché, le tube gel. L’une des firmes les plus connues, Regenlab® donne les chiffres suivants (qui à défaut d’être élevés ont au moins le mérite de correspondre à un produit d’une pureté certaine ne contenant que très peu d’hématies):

Regenlab PRP concentration
De son côté un autre fabricant, Harvest®, annonce d’autres chiffres de concentration du PRP (nous laissons au utilisateurs le soin de juger si le résultat justifie l’investissement dans un tel appareillage):

Enfin, Biomet® annonce quant à lui une concentration encore plus élevée (mais semble-t-il au détriment de la pureté à en juger par la couleur rouge du produit):

Devant un tel écart de concentration on est en droit de se demander alors comment définir le « vrai » PRP. Et surtout s’il existe une relation entre la concentration et l’efficacité. Il est intéressant de voir quel est le consensus qui se dégage parmi les praticiens. Une visite sur le fameux site américain Realself.com nous donne une valeur autour de x4 à x6.

La réponse expérimentale nous semble encore plus intéressante, fournie par un panel d’études cliniques du PRP, en voici une vingtaine:

Chaque fabricant de dispositif de PRP aura tendance à vanter la concentration que son dispositif permet d’obtenir. On assiste à une véritable guerre des concentrations entre fabricants! Certains utilisateurs se laissent persuader que x2 représente le meilleur du PRP, d’autres que c’est x5, etc.
On peut avancer prudemment que le seuil minimal pour parler de PRP se situe selon le consensus général à x3.
Cependant, des informations contradictoires circulent encore, laissant entendre qu’il est impossible de concentrer au-delà de x11, ou encore qu’un excédent de plaquettes inhiberait la réponse de prolifération cellulaire.
Ces anciennes données sont largement périmées, comme le montrent de plus en plus d’études [voir « Epidermal growth factor released from platelet-rich plasma promotes endothelial cell proliferation in vitro », etc.] Citons aussi les expériences de Chris Centeno avec son remarquable processus à concentrer x20 le plasma, ici sur Youtube, hélas non reproductible en dehors du milieu hospitalier.
Ce qu’il faut retenir des derniers développements : avec l’âge, les plaquettes contiennent moins de facteurs de croissance, tout comme les cellules présentent moins de récepteurs à leur surface. Il est donc clair que plus le PRP pourra être concentré, meilleur sera l’effet. Chez les sujets jeunes aux plaquettes riches en facteurs et présentant de nombreux récepteurs en surface des cellules, il sera possible de saturer plus vite la réponse au-delà d’une certaine concentration. Chez eux, x10 ou x20 ne fera sans doute aucune différence.
Avec le kit WorldPRP vous pouvez faire varier la concentration entre 3x et 32x.
Mais cela est de peu d’importance car le facteur essentiel du PRP est la dose utile de plaquettes que nous allons maintenant évoquer.

Dose Plaquettaire

Le kit WorldPRP représente un bon compromis avec 25 ml de volume, qui permet d’obtenir des doses utiles considérables de 2,75 à 9 milliards de plaquettes. Aucun autre dispositif ne peut rivaliser avec ces données.
De plus, il est parfaitement possible et même conseillé par exemple dans le traitement du cuir chevelu, d’ajouter dans un même volume de PRP les plaquettes collectée dans un second kit de prélèvement autologue. Ceci monte à 50 ml le volume de sang prélevé et permet d’augmenter encore la dose utile. Le rendement plaquettaire atteint alors environ 87% !
Selon les voies de préparation empruntées pour réaliser votre PRP, vous obtenez 8 PRP aux propriétés différentes. Dans la voie de concentration votre PRP présentera un RSI qui varie de 7 à 17, ce qui correspond à un RSI Dose entre 16 et 44, ce qui est extrêmement élevé. Reportez vous aux comparaisons pour discuter ces notions en détail.


Pureté

On trouve sur le marché des appareils très onéreux capables de concentrer automatiquement jusqu’à 5x le taux plaquettaire, et de fournir une dose plaquettaire utile de plus de 5 milliards, mais ils ont tous un point commun : le PRP est systématiquement contaminé par des hématies (ce qu’il faut éviter autant que possible sous risque de dépôts ferreux et autres troubles inflammatoires). Vu le prix de ces équipements et de leurs consommables, ce n’est probablement pas une bonne affaire.

« PRP » complètement souillé d’hématies

Réciproquement, il existe des dispositifs capables d’obtenir une bonne pureté du PRP obtenu, on pense notamment aux tubes gels, mais dans ce cas ni la concentration ni la dose utile ne sont au rendez-vous. Un facteur x2 comme s’en réclament certains fabricants, n’est obtenue que par la réduction de moitié du volume du soluté (eau du plasma dans le gel, hématies séparées par le gel), mais en aucun cas d’une concentration active des plaquettes, d’autant que de nombreux thrombocytes sont piégés dans le gel (si les globules rouges peuvent traverser le maillage du gel, alors où sont les thrombocytes qui sont deux fois plus petits ?)
Nous pouvons ajouter ici que des particules de gels se trouvent sans le moindre doute injectés aux patients. Qu’en est-il de l’innocuité de cette substance?
Que dire encore de la dose délivrée aux environs de 1 milliard, avec un RSI à peine supérieur à 1 ?
Seul le kit WorldPRP vous offre un PRP sur mesure. Faites varier à volonté la dose utile et la concentration. Incorporez ou non les leucocytes, sans contamination avec les hématies.
Personne ne sera surpris d’apprendre que nous possédons le meilleur rapport qualité /prix du marché !

Leucocytes

Cela nous amène à discuter de la qualité du PRP en fonction de sa teneur en globules blancs. Si tout le monde est d’accord sur le fait que les hématies sont à bannir, des débats ont lieu actuellement quant à savoir si les leucocytes sont à conserver ou non.
Les études sont pour l’heure contradictoires et le seul domaine réellement concerné est l’orthopédie. Ainsi l’étude “The differential effects of leukocyte-containing and pure platelet-rich plasma (PRP) on tendon stem/progenitor cells – implications of PRP application for the clinical treatment of tendon injuries” conclut que “le PRP riche en leucocytes peut nuire à la cicatrisation des tendons parce qu’il induit des effets cataboliques et inflammatoires sur les cellules tendineuses et peut prolonger les effets dans les tendons en voie de cicatrisation. Cependant, quand on utilise le PRP pauvre en leucocytes il peut se produire la formation de tissu cicatriciel en excès à cause du fort potentiel d’induction d’effets cellulaires anaboliques désorganisés »
Nos utilisateurs ont toute liberté de récolter le PRP qui les intéresse, en faisant le choix d’éliminer le Buffy Coat (qui contient pratiquement 100% des leucocytes) en totalité ou partiellement (certains conservent la partie haute du Buffy Coat pour récupérer encore 10% de plaquettes).
Aucun autre dispositif ne permet de réaliser une telle prouesse, sans détriment de la pureté !